Reprendre la parole...

http://infocraties.zeblog.com/



...Surtout lorsqu'on me demande de fermer ma gueule!


Add to Technorati Favorites

Pour s'y retrouver


Calendrier

« Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Contacts

Catégories

Liens

Derniers billets

Compteurs

Fils RSS

Le vrai Sarkozy

Par Infocrate :: 19/01/2007 à 1:14 :: 7. Fascisation des esprits

Une vidéo à regarder, ECOUTER et partager d'urgence:



Edifiant...




Du mépris de l'esprit des lois

Par Infocrate :: 05/06/2006 à 22:27 :: 7. Fascisation des esprits




Le 1er juillet 2006 reprendront officiellement les expulsions d'enfants scolarisés.
Oui. Vous avez bien lu. J'ai moi-même eu beaucoup de mal à croire ce que je découvrais au fil de mes "errances cyber-militantes".

Oui, la France s'apprête à expulser; comme elle l'a fait déjà de nombreuses fois; des enfants scolarisés, parcequ'ils sont enfants de sans-papiers.

Au mépris de la Convention internationale relative aux Droits de l'Enfant, art. 3 :
"(..)1. Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu'elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale.";
Au mépris de l'alinéa 4 de la constitution de 1946, de l'art. 53.1 de la constitution de 1958, la France renvoie, sinon à une mort certaine, du moins à des conditions de vie inhumaines, les enfants qu'elle a accueilli, des années durant, sur les bancs de l'école de la République.

République et ses vertus, qui firent justement espérer les parents de ces gosses.
Républiqe et ses dérives qui désormais, COLLABORE avec les régimes autoritaires des pays concernés.
Renvoyer ces familles dans leur pays d'origine signifie, dans la majorité des cas, les livrer aux tortionnaires, geôliers ou bourreaux. Cela revient à ASSASSINER ces famillles, au nom de l'application de la Loi.

Renier ces "lois-ci", c'est vouloir sauver notre République.
C'est l'amputer d'un de ses membres malades, et éviter la propagation de la maladie. Cette dernière se gangrène, toute engoncée qu'elle est dans les mailles statistiques de notre ministre de l'intérieur et de son culte du résultat, en dépit même du "coût" occasionné.
Pour mesurer un effet, encore faut-il disposer d'une unité de mesure, justement.
Notre gouvernement est incapable d'estimer le "coût humain" de sa politique de l'immigration. Il ne dispose plus, depuis lontemps déjà, d'une once d'Humanité...

M. Sarkozy s'est engagé à atteindre 25.000 reconduites aux frontières en 2006. qu'elles qu'en soient les conséquences , semble-t-il. Je décrète le prix à payer trop élevé,  et ne laisserai pas d'enfants scolarisés (et donc sur la voie de l'intégration) être renvoyés vers un pays qui ne veut plus d'eux.

Je suis prêt à désobéir aux lois qui n'engendrent manifestement que déchirements, drames humains et pire encore. Etre dans l'incapacité de tendre la main est une chose...
Utiliser la main en question pour pousser l'autre vers la frontière, et donc vers une mort quasi-certaine, en est une autre...

La pétition du Réseau Education Sans Frontières énonce les principes suivants:

 "(...) Le 30 juin 2006, le sursis accordé aux élèves sans papiers et à leurs parents tombera. Des milliers d’enfants, de jeunes et leurs familles risquent l’expulsion en masse, verront leur avenir et leur vie même anéantis. Nous ne laisserons pas commettre ces infamies en notre nom. Chacun avec les moyens qui sont les nôtres, nous leur apporterons notre soutien, notre parrainage, notre protection. S’ils nous demandent asile, nous ne leur fermerons pas notre porte, nous les hébergerons et les nourrirons ; nous ne les dénoncerons pas à la police."

Les lois racistes, les idées fascistes ne sont pas que des mots.

Cette pétition non plus, et il est primordial de bien peser les conséquences de chacun des engagements qu'elle pose.
La Loi est parfois d'aller contre les lois. Choisissons notre camp.











La réalité des lois sur l'immigration...

Par Infocrate :: 03/06/2006 à 12:58 :: 7. Fascisation des esprits

Les enfants, même scolarisés, ne sont plus à l'abri.
Vous pourrez juger de l'ampleur du phénomène ici, par exemple.

J'avoue manquer de mots, pour l'instant, pour m'exprimer sereinement sur le sujet.

En attendant que la colère et le dégoût s'amoindrissent, je crée un lien vers la pétition en ligne du Réseau Education Sans Frontières.

Merci de la signer et de coller ce lien chez vous!

Sous les pavés, le procès!

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 10:42 :: 7. Fascisation des esprits
 



La France répressive
? Quelques chiffres:

"(...) Les chiffres de la répression fournis par la chancellerie
sont impressionnants : 4 350 arrestations ; 1 985 gardes à vue ; 637
procédures judiciaires (dont 271 comparutions immédiates) qui ont donné
lieu à 71 peines de prison ferme, 167 peines de sursis, travaux
d’intérêt général ou mises à l’épreuve, 188 mesures alternatives.

A la Sorbonne, par exemple, certains étudiants se sont vus interdire
l’accès de leur université pour assister aux cours. Il semblerait qu’une
« liste noire », élaborée par le rectorat, en soit la cause."

Source: ATTAC


Amère victoire que celle qui vient d'être remportée contre cette horreur qu'était le CPE.

Il serait intéressant de trouver les chiffres correspondants aux derniers mouvements sociaux de même ampleur. Juste pour disposer d'un référentiel quant à une autre ampleur, CELLE DE LA REPRESSION!

J'ai le sentiment, mais je peux me tromper, que nous acceptons à nouveau des choses que nous pensions avoir définitivement éradiquer.


Que les casseurs soient punis tombent sous le sens. Les agissements de ces crétins confortent l'opinion  d'autres crétins: les électeurs du FN et ceux de la Nouvelle Droite Extrême, celle qui tente de nous convainvre de vivre dans la peur...
A l'inverse, il est absolument intolérable d'être poursuivi pénalement pour avoir exprimer son opinion.

Ce n'est, par ailleurs, pas le seul exemple récent...

Ce qui est intéressant dans ce phénomène, c'est sa propension à s'auto-alimenter:

Le gouvernement impose de nouvelles règles sociales, s'appuyant sur une habile utilisation de l'"angoisse économique".
L'injustice de ces règles sociales provoquent une vive contestation.
Alors le gouvernement réprime, justifiant cette répression par la "violence des manifestants", et utilise cette dernière afin d'alimenter une autre peur: celle de l'insécurité.
Qui elle même justifie la politique sécuritaire et son cortège de dérapages policiers.
Qui eux alimentent la "haine du flic", le sentiment de révolte du gamin qui prend une claque dans la gueule ou un "t'es encore là, sale bougnoule?" à chaque contrôle d'identité.
Sentiment qui provoque les phénomènes que l'on a connu fin 2005.
Qui eux justifient la politique menée par notre ministre de l'intérieur, etc...etc...

Visiblement, l'arrêt de cette spirale infernale ne viendra pas des politiques, pas de ceux qui nous gouvernent actuellement, quoi qu'il en soit.

Alors revenons aux "petits crétins" qui pensent que brûler une voiture, "ça permet d'exprimer une révolte...t'as vu, c'est parce qu'on en a marre de pas avoir d'avenir...t'as vu?"

Ouais, ouais, on a vu.

"Mortelle l'expression de la révolte...comment ça claquait!".

Mais bon, et maintenant...?
On compte sur les mêmes hommes politiques contre lesquels on s'est soulevés pour mener une vraie politique de la ville (j'adore ce terme à la con!)?

Prendre une carte d'électeur, participer aux débats, bosser avec les associations -bref, s'impliquer dans la vie de ce pays qui est en train de virer au brun-  seraient les premières choses à faire d'ici 2007.

Facile à dire? Et vivre dans un pays où tu prends une claque dans la gueule pour un oui, pour un non, c'est facile? Et vivre dans un pays où tu es sanctionné pénalement à la première manifestation, c'est le bonheur?
Si notre seul moyen d'expression reste de brûler la voiture du voisin smicard, ce sera beaucoup plus difficile après Mai 2007, parce que l'on donnera raison aux statistiques publiées en tête de ce texte.








L'axe du Bien et ses curieuses méthodes...

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 10:40 :: 7. Fascisation des esprits

 




Un article du Nouvel Observateur révèle que la CIA aurait utilisé plus d’un milliers de vol, dans le but de transporter des prisonniers supposés et /ou avérés terroristes depuis 2001.
De nombreuses bases militaires américaines, dans divers états européens, auraient servies aux vols en question, qui s’y seraient posés avec ou sans l’accord des états concernés.
Une commission d’enquête parlementaire à été créée et ses premiers travaux commencent à être rendus publiques. 

Ce qu’on y apprend est édifiant !

Au vu des chiffres, l’ampleur du mal :

A vu de nez (mais mes estimations peuvent être fausses, les maths n’ont jamais été mon fort !), la fréquence de ce type de vols apparaît proprement hallucinante !
Voyons, depuis 2001, on va supposer qu’il s’agit d’une période postérieure à Septembre. Disons Novembre, le temps que « la machine se mette en route », et arrêtons  cette période à Novembre 2005, pour simplifier.
En 4 ans, soit 48 mois, si le nombre de ces vols étaient de 1000 pile, cela ferait une vingtaine par mois !!!
Or l’article dit « (…) plus d’un millier de vols »…

Calcul qui peut paraître inintéressant, de prime abord, mais qui permet de se rendre compte de l’ampleur des activités « CIA-esques », depuis les fameux attentats du 11 septembre.
Cela permet également de comprendre que  le Patriot Act n’est que la face visible de la véritable guerre à laquelle se livre l’administration Bush, services secrets et armée en tête !

Au fait, 20 vols par mois, et combien de « places » dans chaque vol ? Ils sont 500 à Guantanamo (dont 9 seulement connaissent les chefs d’inculpation expliquant leurs détentions)…

Au vu des témoignages, l’ampleur du mépris :

Vous pourrez aller lire les propos recueillis par la commission d’enquête, concernant le cas de six prisonniers bosniaques transférés de Bosnie vers Guantanamo.

On pourra comparer le mépris des « autorités américaines » à l’égard du droit bosniaque à celui qu’elles avaient déjà affiché à l’égard de l’ONU, au moment de la déclaration de guerre à l’Irak.

Au delà de ces deux aspects du problème :

On pourra s’interroger sur la légitimité de telles pratiques.
La lutte contre le terrorisme justifie-t-elle qu’on répande la terreur afin de l’éradiquer ?

Certains philosophes, s’interrogeant sur l’Ancien Régime, avaient conclu que celui-ci avait succombé à la terreur exercée par les seigneurs sur leurs serfs. Terreur justifiée par le fait que les dits seigneurs promettaient protection à leurs « sujets ».
En fait, ceux-ci étaient maintenus dans la peur de l’agression extérieure et souffraient plus des taxes, prélevées malgré les périodes de disettes récurrentes.
Ou du droit de cuissage ou encore, et plus simplement, du droit de vie ou de mort dont jouissait leurs « protecteurs » sur eux.
Le bon sens populaire utilise une expression pour cela :
«Les remèdes sont parfois pires que les maux ».

Nous vivons une période, qui sur le point de la terreur et de son utilisation, aurait sans doute interpellé les philosophes en question.
Les nôtres font des voyages aux Etats-Unis et nous expliquent qu’il s’agit en fait d’un grand Pays, amoureux de la Démocratie et que nous sommes trop cons, trop franchouillards pour saisir la réalité américaine.
Mon cher BHL, j’aurais adoré avoir les moyens d’aller plonger au cœur de la société américaine. Je suis pour l’instant dans l’obligation de me contenter de ce que peuvent m’en dire les parlementaires européens, qui sont mes représentants.
Et je vous assure que les méthodes employées pour défendre la Démocratie me paraissent pour le coup sacrément fascistes !
Alors, oui, sans doute et je l’espère le peuple américain est tel que le décrit BHL dans son dernier livre, mais ses dirigeants…

Soyons bien d’accord, les terroristes sont des ordures immondes.

Continuons à enfoncer les portes ouvertes et convenons ensemble qu’aucune cause, aussi juste soit-elle ne justifie de tuer des innocents afin de TERRORISER et d’imposer sa vision des choses.
L’affaire Battisti, la position de certaines personnalités de gauche sur cette  question me laisse d’ailleurs pantois, parce que les choses sont claires :

Un terroriste doit être jugé, et mérite une sanction lourde, à la mesure de la barbarie de ses actes.

Toutefois…

Toutefois, pratiquer de réels enlèvements sur des citoyens; qu'ils soient criminels avérés ou fortement  soupçonnés de l'être; ne pas leur dire pourquoi ils sont arrêtés; se livrer sur eux à des actes de torture fait de nous des terroristes, à notre tour.
Les lois sont là pour nous protéger de « ces gens là ».
Elles sont là afin que nous pesions, ENSEMBLE.
Au travers de lois communes, de principes quasi-universels qui auraient valeur d’exemple, et permettraient de poser les fondations d’une société refusant la violence comme moyen d’expression.

Au lieu de cela, Bush et ses amis (européens ?) se livrent aux enlèvements, aux menaces, aux tortures.
Tout accusé à le droit de savoir pourquoi il est détenu, toute famille a le droit de connaître le sort de ses membres.

Nous ne pouvons combattre la terreur par la terreur, le terrorisme par le terrorisme d’Etat.

Je ne peux choisir entre Osama et Georges, la ressemblance finit par être trop troublante…


Documents, Liens:

L'article du Nouvel Observateur.

Le travail des journalistes d'enquête, leur rôle auprès de la commission européenne temporaire.

La page du site relative aux cas des six prisonniers bosniaques.




Appellons "un chat, un chat". Gaffe aux coups de griffes!

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 10:36 :: 7. Fascisation des esprits


Nicolas, aime la France ou quitte la !

Oui, Nicolas à raison. Et puisqu’il n’aime pas la France, je l’invite à mon tour à la quitter.

Ce qui me fait penser qu’il n’aime pas ce pays ? Je crois qu’il ne le comprend pas, sur le plan historique et philosophique, d’une part. Et qu’il risque de sérieuses déceptions sur le plan politique, d’autre part.

On ne peut pas aimer la France et mener une « politique de perdant » telle que la sienne. Lui qui prône l’efficacité, le résultat concret, « la preuve par les chiffres », nous prouve, qu’une fois de plus, il choisira la facilité, la voie de la résignation.

Les étrangers ne sont pas intégrés, les « flux migratoires » sont ingérables ? Fermons nos frontières ! Nous sommes tellement bien entre français pure souche. Gouvernés par un fils d’immigré hongrois. Si intégré qu’il en devient raciste!

Les causes de ces flux migratoires ? Arrêtons de nous torturer l’esprit avec ces considérations gauchistes…Il est utopique de parvenir à gérer ces phénomènes au plan mondial, soyons sérieux !

A moins que ce ne soit un besoin de serrer leurs gosses dans leurs bras et de vouloir simplement vivre auprès d’eux, qui nous amène tous ces étrangers ?
Mais il s’agit là de considérations humanistes et Nicolas fait de la « politique-résultats chiffrés- preuves à l’appui – top efficacité », pas de la politique pour améliorer les conditions de vie de ces congénères, ou français alors, pas plus, faut pas déconner…

Quoi qu’il en soit, s’ils fuient un régime dictatorial, qu’ils se dépêchent, parce qu’a compter de Mai 2007, ce sera pareil ici !

Non, décidément Nicolas a des idées fabuleuses, limpides (simplistes ?). Fermons les frontières, et restons entres bons français et bons étrangers, d’un niveau intellectuel décent, suffisant tout au moins pour adhérer à nos idées libéralos-eugéniques…

J’ai commencé à lire le projet de loi de Nicolas Sarkozy, "l’homme qui aime sélectionner".

Il traite notamment de la mise en place d’une « formation à la citoyenneté française » :

« Art. L. 311-9. - L'étranger admis pour la première fois au séjour en France et qui souhaite s'y maintenir durablement prépare son intégration à la société française.

« À cette fin, il conclut avec l'État, dans une langue qu'il comprend, un contrat d'accueil et d'intégration par lequel il s'oblige à suivre une formation civique et, lorsque le besoin en est établi, linguistique. La formation civique comporte une présentation des institutions françaises et des valeurs de la République notamment l'égalité entre les hommes et les femmes. La formation linguistique peut être sanctionnée par un titre ou un diplôme. Le cas échéant, l'étranger bénéficie d'un bilan de compétences professionnelles.

« Un décret en Conseil d'État fixe les conditions d'application du présent article. »

Belle idée, formulée maladroitement, mais belle idée tout de même. Et je le dis sans arrières pensées. Mais Nicolas Sarkozy finit par me foutre une telle trouille que j’aimerais qu’on couche tout de suite, par écrit, les modalités d’applications d’une telle loi. J’imagine mal les « camps de rétention » transformés en charmantes salles de classes, avec dans le rôle des professeurs dévoués et bienveillants, les ex-membres de la police de l’immigration, nouvellement créée.

Je suis cynique, malheureusement, mais j’imagine plutôt M. X ou Y refoulé parce qu’il n’arrive pas à prononcer correctement la phrase « Si je retournes au pays, le pouvoir en place me fera égorger » ou les sarcasmes du flic de l’immigration qui se fend la gueule en expliquant qu’il faut pouvoir dire en bon français « Je veux vivre avec ma famille ».

J’ai continué à lire tout de même et l’art. 5 m’a rappelé les mauvaises heures de certains régimes passés  :

I. - L'article L. 314-2 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile est ainsi rédigé :

« Art. L. 314-2. - Lorsque des dispositions législatives du présent code le prévoient, la délivrance d'une première carte de résident est subordonnée à l'intégration de l'étranger dans la société française, appréciée en particulier au regard de son engagement personnel à respecter les principes qui régissent la République française, du respect effectif de ces principes et de sa connaissance suffisante de la langue française dans les conditions définies par décret en Conseil d'État.

« Pour l'appréciation de la condition d'intégration, l'autorité administrative tient compte de la souscription et du respect, par l'étranger, de l'engagement défini à l'article L. 311-9 et peut saisir pour avis le maire de la commune dans laquelle il réside. »

Le pouvoir que l’on confie aux quelques crétins de maire proches du FN me paraît aberrant. Quand j’entends les propos d’Eric Raoult -qui n’a pas besoin d’être proche de partis nazillons pour approcher le niveau de leurs réflexions- , j’en frissonne…

Du reste, au vu de l’ensemble du projet de loi, nous n’aurons jamais recours aux maires, les « mauvais élèves immigrés » étant filtrés directement à la source !

Puis j’ai repensé à cet autre projet de loi qui prouve que Nicolas Sarkozy mène une politique de résignation. Et face à des gosses, par-dessus le marché !

Nicolas prévoit de s’occuper des « enfants à problèmes ». Louable intention.
Mais méthode simpliste et radicale, une fois de plus… Il prévoit de passer les crèches aux karcher et d’inscrire « Maison d’arrêt » à leurs frontons.
Cela évitera de se poser des questions de fond quant à la violence de NOS enfants, cela évitera de nous demander ce que NOUS en avons fait et comment remédier à cette violence…
Faisons dans l’efficace, un point c’est tout. "En taule les bébés racailles!" et aucune question quant aux échecs de notre système scolaire, entre autres.

Hitler préparait l’opinion à l’euthanasie des déficients mentaux et certaines « éxécutions » ont eues lieu avec la complicité des services médicaux…
Sarkozy prépare "l'élimination sociale" des "jeunes qui se sont écartés du droit chemin", pour reprendre la formule de ce torchon qu'est le
rapport BENISTI...

Non, vraiment, je ne peux pas voter pour un type qui baisse les bras, ou plutôt qui renonce à toute réflexion réellement politique.
Il devrait faire vivre la cité, la « polis »…Mais par son renoncement à tenter d’agir sur les véritables causes de la délinquance, par son découragement face aux origines de l’immigration, je ne crois pas qu’il en soit capable. Pire, je crois qu’il va la tuer (la politique française, pas l’immigration, quoique…)

Le fantasme eugénique repose sur la mise en place d’une sélection sociale, culturelle, raciale et génétique. On sait d’où viennent de telles idées.

Non, vraiment, je n’aime pas la France qu’il nous prépare. Mais il se trompe.
Même si un français sur trois dit adhérer à ses idées et à celles de ses amis, De Villiers et Le Pen, deux français sur trois continuent d’aimer la vraie France, celle qui oeuvre à améliorer la condition humaine, celle qui refuse la fatalité et qui l’a prouvé par le passé, à maintes reprises.

Et cette France là, lui, il ne doit pas l’aimer. Mais finalement, je vais lui proposer de rester, malgré nos profondes différences, et ainsi, peut-être, de mieux comprendre les valeurs de la République Française.





God saves the cops!

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 10:34 :: 7. Fascisation des esprits

 

Texte du 13/03/2006

Je ne croyais pas que cela arriverait un jour mais... La lecture d'un article du "
Nouvel Obs", tiré lui même du "Sunday Mirror" m'a rassuré, presque con-verti... Je  m'explique:

Jean-Charles de Menezes, descendu comme un rat par la Police britannique, s'avère être un dangereux violeur, un criminel dégueulasse, qui, convenons-en, frères moutons, a bien mérité son sort, au final.

Ce qui permet à cette immonde dérapage du "Shoot to kill" prôné par Blair à l'époque, de prendre un tout autre aspect.
Et si c'était la main de Dieu qui avait guidé celles des policiers britanniques?
Et si le châtiment divin s'était abattu, a juste titre, sur un individu dangereux alors que nous pensions qu'il s'agissait d'une odieuse bavure?

Gloire à Dieu, gloire à la police britannique, même lorsqu'elle commet l'irréparable, il s'agit en fait du bras armé de Dieu! Allelluia! Mes frères! God save the Cops!

Peut-être que Sarko va nous expliquer que les gamins morts tragiquement dans le transfo étaient deux serial killers en cavale? Les fils cachés d'Emile Louis?

Qui a organisé le grand concours de désinformation auquel participe la quasi-majorité de nos médias?

Quoi qu'il en soit le "Sunday Mirror" est en bonne place, comme à son habitude...


Le "Nouvel Obs" quant à lui, apparaît bien "frileux sur le sujet".




Athée? Un véritable sacerdose aujourd'hui!

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 10:29 :: 7. Fascisation des esprits

 

Etre athée et pouvoir s'exprimer est devenu un véritable chemin de croix!


C'est vrai.
Le respect envers l'incroyant, envers sa foi pour la rationalité, doit être défendu de nos jours avec une véritable ferveur, un engagement quasi-mystique !

Le mouvement baptiste, aux Etats-Unis, est parvenu à imposer une « révision » des manuels scolaires dans certains états. Les gosses peuvent désormais y lire que Dieu est une hypothèse aussi envisageable que la théorie de l'évolution, pour expliquer les origines de l'Homme. Je ne parviens pas à comprendre comment deux sujets ; relevant de domaines si différents ; peuvent se côtoyer dans ces fameux manuels scolaires, sur le point de se transformer en missel.
Opposer la théorie de Darwin et la genèse, c'est mélanger les torchons et les serviettes, nom de Dieu ! On parle biologie ou catéchisme ? Pas étonnant qu'ils soient paumés les gosses!
Il va y avoir un moment où ils ne sauront plus s'ils doivent entonner l'hymne national, comme chaque matin dans les écoles américaines, ou chanter un cantique, comme à l'église!
En tant que parent athée, je crois que je me sentirais menacé. Comme si l'on tentait d'inculquer à mes gosses des connaissances qui dépassent de loin le cadre de la simple éducation scolaire. D'autant que le mouvement baptiste en question, si l'on se fie à certains médias, ressemble curieusement à une méga SECTE « religio-commerciale ».


C'est ce même mouvement qui aurait financé le film de Mel Gibson, « La passion du Christ ». Film condamné par toute une partie de la communauté juive. Son argument principal étant que l'auteur s'est inspiré d'écrits de je ne sais quel théologien antisémite, de je ne sais plus quel siècle…STOP ! Je suis désolé de le dire aussi brutalement, mais franchement je me contrefous de ce qu'un curé nazillon a bien pu écrire, surtout s'il s'agit effectivement des évangiles selon Saint Adolf…
J'ai vu « La passion du Christ ». C'est un film d'une rare violence, une grosse machine américaine qui vous remue plus les tripes que les neurones. Mais je ne suis pas devenu antisémite pour autant. Cette partie de la communauté juive peut se rassurer : De mon point de vue d'athée, les juifs d'il y a 2000 ans peuvent bien avoir été à l'origine de la mort du Christ, JE LEUR PARDONNE.

D'autant plus que Jésus, n'en déplaisent aux chrétiens, n'a pas changé ma vie. Pas sur le plan mystique, en tous cas. Le poids des valeurs judéo-chrétiennes à certes façonné la société dans laquelle j'évolue. Et donc ma vie, par là même. C'est énorme, oui. Mais ce n'est pas parce que cet enfoiré de Simon, David ou je ne sais qui, a donné Jésus aux romains, il y a de cela plus de 2000 ans, que je vais devenir antisémite. CA N'A PAS DE SENS POUR MOI.
En clair :
Merci d'arrêter de penser à ma place et de plus m'emmerder avec ce mec crucifié que je n'ai pas connu, parcequ'un ou deux citoyens relais de l'époque balançait déjà à tour de bras…

Et tant qu'on a aucune preuve formelle quant à l'existence de Dieu, merci de foutre la paix aux gosses. Les dinosaures, l'évolution des primates, le développement de la vie cellulaire me paraissent constituer deux ou trois preuves un peu plus tangibles que les écrits de quelque religion que ce soit…
Les gosses auront bien le temps de CHOISIR de lire l'Ancien et le Nouveau Testament, le Coran, une fois le temps des questions et des doutes venu pour eux.

Quoi qu'il en soit, les miens passent plus de temps à dessiner qu'à lire pour l'instant. Et je suis obligé, dorénavant, de surveiller attentivement ce qu'ils dessinent. Des fois qu'un malheureux coup de crayon ne vienne à ressembler au « prophète qui vous savez », celui qu'on n'ose plus nommer parce qu'on n'a peur d'être la cible des terroristes sanguinaires, « l'indessinable », même par des enfants d'athée !
Quand je vous dis, frères incroyants, que notre liberté est menacée !

C'est pour cela que je ne me risquerais pas à parler du buisson de Moïse… Je connais deux, trois buissons, que si t'en fumes un peu, ben, le buisson il devient ardent, et des fois, t'entends même des voix…
Je ne me moquerais pas de Jésus et de ses tendances masochistes, qui tendait l'autre joue quand on venait de le frapper…
Et je ne parlerais surtout pas de Mahomet, qui a dû glisser l'interdiction de boire dans le Coran, un lendemain de cuite. Le genre de journée ou même si Dieu, il tente de s'adresser à toi, t'as trop mal à la tête pour l'écouter. Du coup, plus le droit de boire…

Oui, il s'agit d'humour. Mauvais, peut-être. Mais j'ai encore cette liberté là. D'avoir un humour de mauvais goût, mal interprété, éventuellement. Cette erreur d'interprétation PEUT exister… Il est impensable que ce ne soit plus le cas.
Les ultra - cathos fachos, les juifs susceptibles, les musulmans égorgeurs d'artistes poussent le bouchon si loin dans la censure que je me mets à défendre la liberté d'expression pour tous.
C'est à cause de ces imbéciles obscurantistes que je pense désormais que tout avis, même celui d'un gros bœuf du FN (au hasard…) doit absolument être respecté. Son avis est indigeste, c'est révoltant, mais c'est bon signe pour une Démocratie. Et nous avons nos mots et notre parole également pour combattre cette horreur.

Merci aux catholiques, juifs et musulmans respectueux de ma liberté d'expression de ne pas s'offusquer. La provocation facile qui teinte ce texte ne remet, ils le comprendront, aucunement en cause le respect que j'ai pour leur croyance.
Je veux juste m'assurer que la tolérance est encore la valeur commune à ces religions. Que les « baillonneurs » susceptibles, nostalgiques de l'inquisition ne constituent pas la majorité des hommes de foi. Si ce n'est pas le cas, que Dieu nous vienne en aide, puisqu'il est AMOUR !




Découvrez Java!

Les Etats-Unis commencent à m'inquiéter!

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 10:26 :: 7. Fascisation des esprits



Vu d'ici, plusieurs aspects de la vie politique américaine peuvent paraître troublants:

Le processus électoral sérieusement malmené dès la première accession au pouvoir de G.W Bush. Comme un goût d'élections truquées, de coup d'Etat déguisé.

Le concept même de "guerre préventive", absolument hallucinant:
"Je t'attaque avant que tu ne m'attaques,je te fais les saloperies que tu t'apprêtes à me faire mais moi,c'est pas pareil, c'est au nom de la Démocratie".

Les prisons secrètes disséminées ici et là, dans des pays où justement le gouvernement en place n'est pas trop regardant sur les libertés individuelles ou sur tous ces principes fondamentaix que les Etats-Unis représentent soi-disant, et voudraient répandre à travers le monde.

Et enfin Guantanamo, ou l'on traite les -supposés, pour certains- terroristes islamistes avec des methodes de fascistes.

On ne répond pas à la terreur par la terreur, qui plus est "Au nom de la Démocratie!"
Les Etats-Unis poussent l'amour de celle-ci au point de la prendre de force, de la violer carrément, pensant qu'elle va aimer ça,cette cochonne.
Dis donc, Georges, Dame Démocratie, tu lui as demandé si elle avait envie qu'on l'aime de cette manière là?

Et cela fait plusieurs années que cette garce subit tes assauts!:

Documents ARTE

A la place de Georges, j'aurai peur que le concept de guerre préventive ne soit un jour appliqué à mon encontre.

On nous demande de nous positionner, d'un côté ou de l'autre de "l'axe du Mal".
Je ne vois, pour ma part,pas de différences fondamentales entre les deux camps...






Ce que je me suis dit ce matin, en ne me rasant pas.

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 10:24 :: 7. Fascisation des esprits

 

Texte du 14/03/2006, réaction aux propos de N. Sarkozy concernant le rôle des "barbus" dans les émeutes des banlieues, face à l'assemblée nationale.

Il y avait longtemps que Nicolas ne nous avait pas fait part de ses pensées du jour, déclenchées visiblement par ses séances de rasage matinal.

Je l'appelle Nicolas, parcequ'un homme qui me parle de ses réflexions persos, de celles que l'on a face au miroir chaque matin, ben, pour moi, un homme comme ça, ça devient naturellement un proche, un membre de la famille.
Sauf qu'en ce qui me concerne ce serait plutôt le tonton un peu réac, avec qui on évite soigneusement de parler politique le dimanche après-midi après le repas familial un peu trop arrosé.

Tu vois, Nico, des fois, en matière de comm', on se plante. Suffit pas d'avoir l'air proche pour qu'on t'aime. Et d'ailleurs, tu sais, mon tonton réac, un peu FN, comme toi, je peux pas le blairer à vrai dire.
"Je me disais ce matin, en me rasant...", sérieux, tu nous prendrais pas pour des cons?
Comme s'il suffisait d'évoquer tes problèmes pileux pour que tu deviennes sympa, presqu'accesible.

Il semblerait d'ailleurs que ta stratégie de communication tourne essentiellement autour de l'évocation du poil, sous toutes ses formes, rasés ou pas.
Ainsi, tu déclarais à l'assemblée, en pleine période de montée des violences urbaines, que "nous n'avons pas besoin des barbus", affirmant par cette très fine allusion, que les mouvements de colère des quartiers étaient pilotés par de dangereux réseaux d'islamistes terroristes.

J'ai cessé de me raser depuis ce jour là!
Nicolas n'a pas besoin des barbus? Qu'a cela ne tienne, je n'ai jamais pensé avoir besoin de lui.
Tu vois Nico, je suis barbu, mais je ne suis ni terroriste, ni habitant d'un quartier défavorisé, même pas musulman, MEME PAS D'ORIGINE ETRANGERE!
Le populisme, par nature, n'utilise que des idées simples(-istes?), claires (de peau?) et donc ne me satisfait pas.

Jusqu'ici ces idées étaient défendues par un parti différent du tien.
Un rapport de tes propres services (les renseignements généraux) dément d'ailleurs tes dires...

En fait, "la France d'après" dont tu parles, je n'en ai pas envie.
Pas avec à sa tête le représentant d'un parti qui a foutu par terre le tissu associatif, "épuré" les fichiers de l'ANPE, prôner la répression, la censure, malmené les acquis sociaux, attaquer le code du travail, etc...
Je rappelle également ici qu'
Amnesty nous a épinglé, nous la France, le pays des droits de l'homme pour nos violences policières...
Je me souviens des manifs lycéennes, des émeutes en banlieue. De ton action au ministère de l'intérieur, dans sa globalité.

Alors "la France d'après", je ne sais pas, j'ai déjà du mal avec la France d'aujourd'hui, celle qui, d'après les sondages, t'aime tant.

Je ne sais pas pourquoi, mais même si franchement ça m'a fait sourire la première fois, Joey Star qu'appelle au vote, ça me fait du bien. Diams et Djamel, ça me réchauffe le coeur et je me joins modestement à ces français là, ceux qui entre autres, constituent "ma France d'après".

Mes valises ne sont qu'a moitié faites pour 2007...



Aux armes lycéens!

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 10:22 :: 7. Fascisation des esprits



(Texte du 18/02/06)

"90 lycéens exclus 3 jours pour une marche anti-CPE"  Le Nouvel Observateur.

"Une représentante de la FCPE pose la question suivante:
"Comment peut-on demander aux jeunes de devenir des citoyens quand on leur interdit de s'exprimer ?"

J'en formulerais une autre, pour ma part: "A-t-on le droit de les empêcher de s'exprimer?"

Si j'en crois la manière dont D. De Villepin a passé sa loi, a coups de 49.3 dans la gueule du parlement, et donc du peuple, je crois qu'effectivement, ce ne sont pas quelques jeunes branleurs qui n'ont pas envie de se laisser exploiter qui vont nous les briser, bordel!

Rappelons nous également des évènements du 08 mars 2005:

http://8mars2005.blogspirit.com/

Ou comment "casser la colère jeune" sans en avoir l'air...

On pourra aussi se souvenir des nombreuses procès subis par les militants d'alors:

http://www.lcr94.org/article.php3?id_article=432

A force de museler, censurer, imposer aveuglément, le gouvernement va finir par nous les foutre en colère.
Même que Joey Star pourrait bien se mettre à appeler au vote!

C'est formidable, dans le fond, d'avoir un gouvernement de droite qui contribue au réveil citoyen de nos jeunes!
Un grand merci à ce proviseur (UMP?) qui lui aussi participe à la montée de la colère et donc au combat contre le "Contrat Première Enculade".

La France, pays de la liberté d'expression...






Copyright © Reprendre la parole... - Blog créé avec ZeBlog