Reprendre la parole...

http://infocraties.zeblog.com/



...Surtout lorsqu'on me demande de fermer ma gueule!


Add to Technorati Favorites

Pour s'y retrouver


Calendrier

« Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Contacts

Catégories

Liens

Derniers billets

Compteurs

Fils RSS

L'appétit dévorant de l'Economie

Par Infocrate :: 04/06/2006 à 15:04 :: 5. Economie





Pour faire suite a ce billet-ci, vous trouverez ici un lien vers la "dernière trouvaille" de la Commission Européenne.

Cette fois, c'est l'ensemble des services sociaux qui doit être soumis à concurrence, afin que "la création d’un environnement concurrentiel propice à une économie sociale" (!) soit rendue possible.

"Economie sociale"; locution étrange qui tente de joindre deux termes absolument antinomiques; que nous avions pu relever dans les pages du Traité Constitutionnel Européen, notamment...

Ce dernier est mort et enterré, mais la politique néo-libérale qui l'a inspirée, elle, est bien vivante.
Et c'est par petites bribes, le plus discrètement possible, de manière quasi-sournoise, qu'elle cherche à asseoir le pouvoir absolu de l'économie sur nos vies quotidiennes.

Le "marché" de "l'Economie sociale" se développe donc. Et attire désormais les investisseurs privés.

Ce "marché", puisqu'il faut l'appeler ainsi, ne devrait-il pas être en déclin? Signe alors que la détresse sociale est sinon stoppée, du moins sérieusement enrayée.

Combattre les inégalités, faire reculer la précarité sont les louables intentions des investisseurs privés qui voudront s'engager dans ces secteurs.
Toutefois, une logique de profits, de gestion des coûts, de rentabilité, telle qu'elle est appliquée dans les entreprises privées est-elle compatible avec les marchés suivants:

la santé, la vieillesse, les accidents du travail, le chômage, la retraite, le handicap, les services liés à l’aide aux personnes dans les défis de la vie (endettement, chômage, toxicomanie, rupture familiale), les services assurant l’insertion complète des personnes (réhabilitation, formation linguistique, formation et réinsertion professionnelles), les services visant à assumer l’inclusion des personnes ayant des besoins à long terme (santé, handicap), le logement social?

La commission européenne semble penser que OUI.









La direction qu'ils veulent qu'on prenne...

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 9:54 :: 5. Economie




Expliquer que le monde est "piloté" par quelques têtes pensantes relève évidemment de l'analyse simpliste, rassurante.
Celle-ci  a l'avantage non négligeable, d'un point de vue électoraliste, de fournir une grille de lecture simple à des électeurs apeurés et désireux de disposer de réponses immédiates, quant aux "angoisses sociétales" qui les opressent.
A analyse simpliste, solutions extrêmistes! La réalité est bien plus complexe...
Néanmoins, concernant le commerce, les règles qui le régissent, les instances qui "orientent", qui "décident" sont connues, leurs politiques d'actions expliquées, documentées.
l'OMC est l'une d'elles.
Voici, à travers ce texte, un exemple de ce dont elle est capable d'accoucher:

"3500 Milliards d’euros,
 2000 Milliards d’euros,
 1000 Milliards d’euros.

Ce sont les masses monétaires que représenteraient respectivement, au plan international, les secteurs de la santé, l’enseignement et l’eau.

Ces marchés colossaux, sont pour l’instant, hors de portée des multinationales, dont la logique de profit conduirait inexorablement à l’accroissement des inégalités en matière d’accès à ces services.
Il est inconcevable qu’on puisse privatiser entièrement ces secteurs, l’Etat étant généralement le seul à les financer et à les gérer, au plan national ?

C’est sans compter sur l’Organisation Mondiale du Commerce (O.M.C) et l’Accord Général sur le Commerce des Services (A.G.C.S), présenté par l’OMC elle même, comme capital pour l’avenir économique de la planète.

Si l’accord en question venait à être appliqué, tout Etat serait tenu d’offrir au secteur privé les mêmes moyens de développement que ceux mis en place dans le cadre de ses services publics, pour un marché entrant dans le champ d’application de l’A.G.C.S.

Qu’est que cela signifie concrètement ? L’art. XV de l’AGCS stipule que « Les Membres reconnaissent que, dans certaines circonstances, les subventions peuvent avoir des effets de distorsion sur le commerce des services(…) » .Ce qui revient à dire que l'A.G.C.S assure juridiquement le pouvoir des grands groupes déjà en place sur le marché mondial, sur des secteurs jusqu'ici réservés aux gouvernements des pays signataires.

Et cet article n’est qu’un court aperçu du contenu de l’accord en question.

Le but de l’A.G.C.S est simple : permettre l’accès, puis le contrôle total des services publics aux multinationales.

Le secteur privé, à l’inverse de nos gouvernements, n’est pas tenu de garantir l’accès à tous pour ce type de service. Pensez-vous que vous pourrez payer suffisamment pour que vos enfants puissent aller à l’école ? Pensez-vous que vous pourrez payer assez pour accéder aux services de soins ?

Bien que les services publics soient largement perfectibles, nous préférons avoir à faire face à un gouvernement pour en négocier l’amélioration, ou simplement le maintien pour tous dans de bonnes conditions. Une sécurité sociale privatisée et une retraite financée par des entreprises privées étaient encore récemment à peine envisageable.

Les dernières mesures prises dans ces domaines nous prouvent l’inverse. Et ces mesures semblent effectivement faire partie d’un plan d’action plus vaste, visant à ouvrir certains secteurs de services, jusque là publics, aux sacro-saintes « lois du Marché ».

C’est pourquoi Infocraties s’associe aux démarches menées par de nombreux élus français, pour s’opposer à l’A.G.C.S.

La lutte passe par l’information, vous pourrez consulter le site du « Réseau National des Elus et Collectivités Hors-AGCS » ainsi que le « Portail du réseau des sites Hors-AGCS ».

Informez votre entourage, contactez vos maires…
L’AGCS nous concerne tous car il aura des impacts sur notre vie quotidienne s’il venait à être appliqué.

Organisons-nous et agissons."


Documents, Liens:

Portail de l'OMC
Le commerce des services
L'AGCS, réalité et fiction

Pour les gourmands, L'AGCS -texte intégral-

Outils:

Pour comprendre concrètement les impacts de l'AGCS
Dossier à l'usage des maires














Copyright © Reprendre la parole... - Blog créé avec ZeBlog