Reprendre la parole...

http://infocraties.zeblog.com/



...Surtout lorsqu'on me demande de fermer ma gueule!


Add to Technorati Favorites

Pour s'y retrouver


Calendrier

« Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Contacts

Catégories

Liens

Derniers billets

Compteurs

Fils RSS

Vous avez des tailles 3 ans pour les menottes?

Par Infocrate :: 22/05/2006 à 10:45 :: 8. Nausées de la semaine




 
Il est bon parfois de remonter à la source des choses.
L'origine, le contexte d'une idée permettent souvent d'en saisir toute la nature.

Partant de ce principe, le prochain projet de loi sur la sécurité intérieure de N.Sarkozy, mérite que l'on se penche sur les deux documents principaux qui l'ont inspiré:

Rapport préliminaire de la commission prévention du groupe d'études parlementaire sur la sécurité intérieure

Rapport de la commission prévention du groupe d'études parlementaire sur la sécurité intérieure (version définitive)


Ne vous laissez pas tromper par les titres pompeux. Un élève de CM2 peut tout à fait les lire et en appréhender les grandes lignes sans aucune difficulté, j'irais même jusqu'a dire qu'il pourrait tout à fait les avoir rédigés.

Morceaux choisis (Rapport préliminaire):

"(...)des chiffres récents montrent que les problèmes de délinquance interviennent à partir de l'âge de 13 ans..." (p.4).
Citer clairement ces sources, chiffrer précisément les éléments qu'on avance sont deux points élémentaires de la méthode de rédaction de ce type de document. Une démarche d'étude, menée par un groupe parlementaire, ne peut raisonnablement se contenter d'idées glanées au comptoir du Café du commerce et retranscrites telles qu'elles!
Le rapport Benisti semble pourtant avoir été construit sur cette méthode de travail:
"L'expérience et les statistiques d'augmentation constante de la délinquance chez les mineurs, montre qu'en achetant la paix sociale nos prédeccésseurs n'ont pas réglé les problèmes de fond." (p.5)
De quelle expérience est-il question? Celle des travailleurs sociaux, des psychologues, des éducateurs...?
De quelles statistiques nous parle-t-on? De statistiques bâties sur l'expérience des professionnels cités ci-dessus, de celles du ministère de l'intérieur, du ministère de J.L Boorloo?

Et les exemples de ce genre pullulent dans le rapport Benisti! J'arrêterai là les critiques sur la métode de travail appliquée, dont les bases semblent particulièrement fragiles.
La fiabilité du rapport, sa crédibilité, apparaissant toutefois sous cet angle, très largement discutable.

Quant aux idées et propositions véhiculées et avancées par le rapport Benisti, l'exemple le plus frappant restera sans doute la
"Courbe évolutive d'un jeune qui au fur et à mesure des années s'écarte du "droit chemin" pour s'enfoncer dans la délinquance" suivi des "Explications de la courbe évoluttive d'un jeune qui au fur et à mesure des années s'écarte du "droit chemin" pour s'enfoncer dans la délinquance"... (p.7)
Non, malheureusement, il ne s'agit même pas d'une parodie cynique ou satirique du rapport Benisti. La formulation est respectée, l'articulation des idées restrancrite de manière brute: JE NE FAIS QUE CITER LE RAPPORT!!!!
Vous pourrez, je le répète, allez vérifier par vous-même...J'ai, pour ma part, cru qu'il s'agissait d'un faux document tant ce que je lisais relevait du ridicule...

La courbe page 7 est un monument de connerie à elle toute seule.
Rapide "analyse" : l'axe des abscisses de la courbe représente l'échelle d'âge des "sujets étudiés", encore une fois, qui sont-ils, de quels milieux sociaux proviennent-ils, ..., autant de questions auxquelles le lecteur devra répondre lui-même...
L'axe des ordonnées de la courbe? Eh bien, ..., nul ne sait! Hormis peut-être M. Benisti, qui a fatalement dû s'en enquérir avant de procéder à la rédaction de ce...torchon. Mais il a tout bonnement omis de nous en informer.

Si vous persistez à vouloir comprendre cette courbe, vous y apprendrez que même "(...)un jeune qui au fur et à mesure des années s'écarte du "droit chemin" pour s'enfoncer dans la délinquance" n'a pas de problèmes entre 0 et 3 ans! Non, je vous assure, d'après les explications apportées à la courbe, il n'en a pas!
Jamais de maltraitances, jamais de problèmes psychologiques dûs à un environnement familial inadapté, rien, QUEPOUIC, ZERO. Le futur jeune en difficulté ne rencontrera de problèmes qu'a compter de sa troisième année!!!

Cela s'explique toutefois très bien, si l'on en croit la suite du rapport : "Seuls les parents, et en particulier la mère, ont un contact avec leurs enfants."(p.9) 
Ah...Quels éléments permettent aux auteurs du rapport d'énoncer de pareilles âneries? Et le contact avec le père? Pas de crèches, pas de nourrices, pas d'amis, de famille?
Vraisemblablment, non. Puisque le rapport continue :"Si ces derniers sont d'origine étrangère elles devront s'obliger à parler le français dans leur foyer pour habituer les enfants à n'avoir que cette langue pour s'exprimer" (p.9)
S'agissant là d'une citation, je respecte la ponctuation employée...

Pour revenir aux "thèses" élaborées par Benisti et consorts, je me permets de rappeler que le bilinguisme, et notamment l'âge auquel il doit éventuellement être "favorisé",  fait débat dans les milieux linguistes.
Mais je suis certain qu'il s'agit d'un point étudié par la commission qui a travaillé sur le sujet...

J'arrêterai ici cette épuisante lecture, incessamment ponctuée de questions qui restent sans réponse, quant aux arguments qui auraient dû étayer ce rapport Benisti.

Sachez toutefois que M. Benisti prône, entres autres, le placement au sein d'une filière d'apprentisage, dès la sortie de l'école primaire, dans le cas où l'enfant n'aurait pas été élevé dans le respect des points des phases 1,2,3 et 4 de son rapport. (p.11)

Je passerai rapidement sur les sanctions civiles ou pénales restant à prendre contre les parents,  puisque (...)l'institution judiciaire a beaucoup de difficultés à (les) appliquer..." (p.18)

Nous pourrons toutefois nous interroger sur "l'aide" apportée, dans le cadre de ce rapport, par la société "PJC" dont les activités de conseil concernent des domaines tels que "la sécurité, la prévention, la protection"...
Quelle est cette société, quelles sont les garanties de qualité qu'elle apporte à un rapport au contenu déjà bien douteux?

Je terminerai simplement sur le fait que le rapport définitif, même s'il est rédigé de manière plus lisible (et  un peu plus "en accord" avec les règles élémentaires de la grammaire et de l'orthographe), même s'il paraît plus "respectable",  n'est qu'une reprise des idées de ce rapport préliminaire.

Mêmes thèses simplistes, basées sur les mêmes idées entendues au café du coin.
Mêmes propositions absurdes, basées sur les mêmes solutions improbables.

Il est bon parfois de remonter à la source des choses.
L'origine, le contexte d'une idée permettent souvent d'en saisir toute la nature, disais-je en préambule de ce billet.

Il peut être judicieux, de même, de renvoyer les dites idées d'où elles viennent.
Surtout s'il s'agit d'un florilège d'idées reçues, proposant des solutions essentiellement répressives ou déjà envisagées.
M. Sarkozy ne peut décemment présenter un projet de loi en s'appuyant sur un torchon pareil. Je ne partage pas ses idées, évidemment, mais je lui attribue tout de même un peu plus d'intelligence.
Si toutefois je me trompais, j'espère que ces électeurs potentiels liront les travaux de M. Benisti, et en feront preuve à sa place...



Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://infocraties.zeblog.com/trackback.php?e_id=41330

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © Reprendre la parole... - Blog créé avec ZeBlog