Reprendre la parole...

http://infocraties.zeblog.com/



...Surtout lorsqu'on me demande de fermer ma gueule!


Add to Technorati Favorites

Pour s'y retrouver


Calendrier

« Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Contacts

Catégories

Liens

Derniers billets

Compteurs

Fils RSS

Volem foutre le feu al Pais!

Par Infocrate :: 30/06/2007 à 2:55 :: 9. Billets d'humeur

Les campagnes électorales qui viennent d’avoir lieu ont eu leurs lots de « mots clés », de slogans, de formules savamment étudiées par les diverses équipes de « comm’ » des candidats de chaque camp.

Deux mots sont revenus fréquemment dans la bouche des chantres du néo-libéralisme, principalement d’ailleurs lorsque ces derniers étaient à court d’arguments, face à leurs opposants :
« Idéologie » et son traditionnel suivant, « Pensée Unique ».

Deux mots, donc, servant à reprocher aux « gens de Gauche » de ne se battre que sur le terrain de la doctrine, des idées, de tenter d’imposer cette fameuse « unicité de la pensée», expression d’une pensée figée, dogmatique.

D’où deux autres mots, usés eux aussi jusqu’à la corde, parce que rabâchés jusqu'à plus soif :
« Modernisation » et « Rupture ».
Qui, eux aussi, sont utilisées afin de répandre une idéologie. Néolibérale celle-ci.

Et quoi ?
Quoi d’autre que l’idéologie en Politique ?
La Gauche est en panne de ce côté-là justement.

Ce qui est amusant, c’est une fois de plus, que le camp néolibérale cherche à avancer masqué, déniant toute origine idéologique à ces actions, alors que c’est l’essence même de la révolution qui a lieu en ce moment, de manière insidieuse.
Une « rupture tranquille », mais profonde (Et du coup, douloureuse...)

Quoi d’autre que l’idéologie en Politique ?  Disais-je.
Ben… les décisions qui en découlent.

A chaque idée son application.
« Les plus démunis » deviennent, dans le vocabulaire « propagandesque », des « assistés ». Et dans les faits, on démonte, de manière insidieuse, les acquis sociaux.
Salauds de pauvres, profitez des travailleurs en vivant grassement avec quelques centaines d’euros par mois ! Heureusement, une à une, les branches de la Sécurité Sociale sont retaillées. Merci Nicolas le Jardinier ! (J’aime pas quand il me regarde comme ça avec son sécateur, ça fait peur…)

« Les problèmes de l’Enseignement Supérieur » deviennent, quant à eux, une nécessité de « moderniser le mode de fonctionnement, et notamment le financement » des universités.
En clair, il s’agit de rentabiliser une partie du « mammouth », que voulait dégraisser Claude Allègre, qui d’ailleurs est réapparu récemment….

Je vous fais grâce d’une énumération détaillée des mesures qui suivent, et me contente de les citer :
Mise en place du bouclier fiscal, modification du Droit de succession, hausse de la TVA (qui en matière de qualificatifs honteusement mensonger a été un summum : TVA « Sociale », TVA « anti-délocalisations »), privatisations et ventes de capitaux de divers secteurs ou entreprises publiques, ouvertures de marchés jusque là réservés à l’Etat, au nom du sacro-saint principe de « concurrence libre et non-faussée » !

Au sujet de l’ouverture des marchés, tiens, pendant que j’y suis…
Il y a des discours qui valent leur pesant de non-sens.
On nous explique que cette fameuse « concurrence libre et non-faussée » va profiter aux consommateurs, parce qu’elle impliquera, nécessairement, voire mécaniquement, une baisse des prix.
 

… ???

 
Que penser de la plainte de Direct Energie dans ce cas? Pour ma part, j’y vois rigoureusement l’inverse de ce qui nous est expliqué. Ce sujet mériterait d’ailleurs un billet à lui tout seul.

Que la Droite Extrême qui est au pouvoir depuis peu veuille bien le reconnaître, ou pas, ne change rien :
Ces orientations constituent la déclinaison, l’application d’une idéologie néolibérale prônée par diverses instances clairement identifiées : Banque Mondiale, FMI, OCDE, OMC.

Et c’est sans doute pour cela que cette Droite, soi-disant décomplexée, refuse de se battre sur le terrain des idées. Leurs origines ne sont que trop évidentes.

Ce qui nous amène au terme de « Pensée Unique », si souvent foutu dans la gueule du premier « gaucho » venu, qu’il soit utilisé dans les meetings UMP, débats télévisés ou autres forums politiques et blogs sur le Net.

Celle qui finit de se mettre en place en ce moment même est pourtant loin d’être de Gauche !:
Suppression d’ « Arrêts sur image » ; de la « Bande à Bonnaud », (Pétition à signer là!)

-MISE A JOUR- 10/07/2007
Interview de F. Bonnaud dans "Le Monde", qui, il faut le souligner ne donne pas dans le politiquement correct pour une fois. Le journal restrancrit fidèlement les propos plus qu'explicites de F. Bonnaud.

A lire absolument!

Baillons et coups de karcher divers, précédés d’autres exemples, allant dans le même sens : « Libération » et son changement de patron, sa « fuite de journalistes », menaces sur l’émission de Daniel Mermet, suppression de l’émission « 90 minutes ».
Etc, etc… ajoutées aux accointances du clan Sarko avec les patrons des grands groupes de presse, d’audiovisuelle...

La « Pensée Unique », pour le moment, est belle et bien de Droite. Et les moyens qu’il faut sont mis en œuvre pour qu’elle continue de se répandre, de s’imposer.

Alors oui, Idéologie, plus que jamais.
Et cela risque d’être violent au final.

Parce qu’un système, comme celui qui se met en place actuellement, va continuer de creuser les inégalités existantes. Son moteur, sa nature même sont justement de profiter de ces dernières.
Dans le but de créer une compétition toujours plus grande entre les salariés, notamment.
Afin qu’ils finissent par trouver normale la vie de merde qu’on veut leur imposer dans le futur.

En leur promettant que « Si, si, cette fois, promis, craché, juré… On partagera les fruits de la croissance ».

Et si on partageait d’ores et déjà les résultats colossaux que l’ensemble des grands groupes réalisent actuellement ? Et si l’on cessait, tout de suite, là maintenant, de sacrifier ces sommes titanesques à l’intérêt particulier de quelques patrons et autres actionnaires ?
Et qu’on s’occupe réellement de l’état de la planète sur laquelle nous vivons, par la même occasion ?

Refuser d’admettre qu’il y a là une lutte purement idéologique, justement, c’est empêcher tout débat d’avoir lieu.
Alors, oui, « ils » vont finir par foutre le feu au pays…
Mais la prochaine révolution ne sera peut-être pas de Droite!




Découvrez Coluche!

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://infocraties.zeblog.com/trackback.php?e_id=219131

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © Reprendre la parole... - Blog créé avec ZeBlog